top of page

Lettre des fédérations à Madame la Ministre Catherine VAUTRIN


Les fédérations FNPOS CGT, FEC FO, CFDT PSTE, CFE CGC, #CFTC PSE et l’UNSA demandent à Madame la Ministre, de la rencontrer au plus vite pour lui exposer la situation des salariés de la #Sécuritésociale.



Madame la Ministre,


L’ensemble de nos fédérations FNPOS CGT, FEC FO, CFDT PSTE, CFE CGC, CFTC PSE et l’UNSA vous alerte sur l’absence, à ce stade, de date fixée pour les négociations annuelles obligatoires 2024 et de toute perspective de mesures générales d’augmentation des salaires pour l’ensemble du personnel du régime général de la Sécurité sociale.


L’engagement permanent et fort des agents de la Sécurité sociale pour accomplir leurs missions de service public n’est plus à démontrer, malgré une charge de travail en augmentation en lien entre autres avec la baisse des effectifs subie depuis plusieurs années qui induit une dégradation constante des conditions de travail.


L’année 2023 s’est soldée par une absence de réelle négociation avec nos fédérations et une réponse bien insuffisante au regard de la perte de pouvoir d’achat avec une revalorisation tardive de la valeur du point de seulement +1,5% au 1er juillet (soit +0,75% en année pleine) pour une inflation de 4,9 %. Si aujourd’hui l’inflation sur les douze derniers mois décélère, mais ne baisse toujours pas, les personnels de la Sécurité sociale ne récupèreront jamais la perte de pouvoir d’achat déjà accumulée ces dernières années sans une décision sur la valeur du point. Ils continuent d’être confrontés aux pires difficultés pour subvenir à leurs besoins élémentaires et à ceux de leur famille. 2024 ne peut pas être une année blanche appauvrissant davantage les salariés de la Sécurité sociale.


Face à ces constats, les fédérations FNPOS CGT, FEC FO, CFDT PSTE, CFE CGC, CFTC PSE et l’UNSA s’accordent unanimement à dire que la compensation de la perte du pouvoir d’achat ne peut passer que par une augmentation significative de la valeur du point au 1er janvier 2024 qui, a minima, tienne compte du niveau d’inflation. Si les négociations doivent s’engager sans tarder à l’Ucanss, avec la fédération des employeurs, c’est bien au gouvernement, et donc à vous, qu’il appartient, en tant qu’autorité de tutelle, de permettre la reprise des négociations et d’accorder les moyens budgétaires suffisants.


Compte tenu de l’urgence, les fédérations FNPOS CGT, FEC FO, CFDT PSTE, CFE CGC, CFTC PSE et l’UNSA demandent, Madame la Ministre, à vous rencontrer au plus vite pour vous exposer la situation.


Dans l’attente d’une proposition de rendez-vous, veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre parfaite considération.



Téléchargez la lettre adressée à la ministre

LRAR 15.03.2024 Courrier Ministère du Travail de la Santé et des Solidarités
.pdf
Download PDF • 332KB



Comments


bottom of page