Commission des Comptes de la Sécurité sociale : Déclaration de la CFTC par CHRISTINE LECERF


Retrouvez la déclaration de Christine Lecerf, présidente de la fédération CFTC Protection Sociale et Emploi, devant la commission des comptes de la Sécurité sociale.




Merci, Monsieur le Ministre, Messieurs les Ministres, Monsieur le Secrétaire général de la Commission, Mesdames et Messieurs.


Nous tenons à adresser un remerciement appuyé au Secrétariat de la Commission des comptes et à ses équipes car cela fait bientôt deux ans que leur travail nous permet d’appréhender les finances de la sécurité sociale dans un contexte hors-norme.


Pour 2021, le déficit pourrait donc s’établir à 34,5 milliards d’euros, mais ces prévisions sont encore susceptibles de beaucoup varier – nous l’espérons en mieux – avec la reprise forte de l’activité. Notons que ce déficit est essentiellement supporté par la branche maladie.


Si on laisse de côté, le vertige que procure le niveau de ces chiffres, nous avons appris différentes choses.


Tout d’abord, que la branche maladie a joué un rôle crucial dans la gestion de crise à travers tous les dispositifs qu’elle a financés. Cela même si certains surcouts auraient pu être évités avec une plus grande préparation des pouvoirs publics à gérer ce type de crise.


Ensuite, nous savons désormais que la Sécurité Sociale est l’instrument majeur des politiques de stabilisation macroéconomiques.


Bien que ses recettes aient été très affectées, la Sécurité sociale a préservé les ressources des français, elle a aussi permis la forte reprise économique que nous connaissons aujourd’hui.


Remercions ici ses salariés.


Aujourd’hui, le desserrement de l’étau sanitaire nous permet d’envisager les grands chantiers de la Sécurité sociale pour la prochaine décennie. Bien sûr ces grands chantiers ne peuvent s’envisager sans redressement des comptes et notamment de la Branche maladie.


Une régulation par la seule dépense ne permettra pas le retour à l’équilibre. Pire, elle serait mortifère dans un contexte de vieillissement démographique et de fortes attentes des acteurs de la santé.


La CFTC n’exclut pas la question du prélèvement social dans le retour à la trajectoire. De nouveaux gisements d’économies et d’innovation se trouvent du côté de l’apport du numérique dans le domaine de la santé, de la prévention de la désinsertion professionnelle et de l’amélioration de l’emploi des seniors.


Pour autant, nous devons continuer à faire évoluer la Sécurité sociale pour l’adapter aux besoins et attentes.


La branche autonomie est déjà en déficit alors qu’elle va devoir financer la plus grande transition démographique jamais connue. Il y a urgence à poursuivre le Ségur sur la revalorisation des métiers du grand âge.


Aucune urgence budgétaire ne commande de réforme paramétrique de très court terme que ce soit dans le domaine de la retraite, de la santé ou de la politique familiale. Nous devons retrouver l’inventivité de 1945 et retrouver collectivement notre capacité à mener de véritables réformes systémiques à même d’assurer la soutenabilité du modèle et son élargissement aux nouveaux risques. Nous pensons ici à la jeunesse et aux aidants.