INC Famille du 21 Septembre 2021

L’essentiel de cette réunion a porté sur les grandes difficultés actuelles frappant la branche famille, laissant peu de temps aux points dédiés à la mise en œuvre de la réforme des aides au logement et au Service national lutte contre la fraude à enjeux mise en place.


La CFTC a interpellé au travers sa déclaration préalable le Directeur Général de la CNAF et le Directeur Comptable et Financier non invité aux INC sur la continuité d’une crise frappant tous les salariés et services des Cafs et l’urgence d’une véritable réflexion collective à mener en amont d’une COG prochaine (2023-2027).

Déclaration CFTC

Bonjour à vous, heureux de vous revoir en chair et en os ! Nous sommes de retour, en présentiel pour certains, hélas notre message ressemblera étrangement aux précédents.


Changerons-nous d’époque et de contexte pour nous donner l’occasion un jour de changer nos déclarations…


Un réseau toujours en difficulté, l’indicateur roi, le stock étant toujours préoccupant, voir au rouge selon les Caisses d’Allocations Familiales,


Des heures supplémentaires effectuées plus ou moins souvent selon les organismes sur le 1er semestre (jusqu’à 12 samedis pour une Caf, soit 50% des samedis) et à effectuer plus ou moins souvent sur le second semestre,


Des recrutements en CDD, en Contrats d’Alternance, en intérim, des services civiques, mais pas assez de CDI,


Des dispositifs de renfort nationaux, régionaux, inter-Cafs pour traiter des dossiers en souffrance, des conventions de coopération inter-organismes sur des expertises métier rares (Médiateurs, Contrôleurs d’Action Sociale, référents Fraude…) et cela pour cacher la misère…

Des outils toujours défaillants générant « exceptions », « forçages » en attente du NSI (Nouveau Système d’Information), qui permettra, et nous le souhaitons ardemment, de régler ce vieux problème du stock pour aller sur une dimension de qualité due à nos usagers et aux salariées des Cafs,


En attendant des jours meilleurs Mr Mazauric, aujourd’hui c’est extrêmement difficile pour les salariés de votre branche.


Pour les gestionnaires, tous services confondus, car devons-nous le rappeler une nouvelle fois, toutes les mesures prises pour traiter des dossiers et réduire le stock impactent tous les gestionnaires quel que soit leur secteur d’activité,


Pour les managers de tous les services,


Pour les Directions aux choix locaux au mieux difficiles, au pire absurde.


Toujours plus de difficultés informatiques, c’est plus de « forçages » de dossiers et donc plus de vérifications à opérer, plus de réclamations des usagers, et plus d’incivilités,


Plus de recrutements précaires, c’est autant de charges qui reviennent régulièrement pour les services Ressources Humaines, Formation, et les managers en charge d’accompagner,


Plus de mutualisations et de dispositifs de renfort, c’est toujours plus d’habilitations informatiques mobilisant les équipes informatiques locales et celles en en charge de contrôler ces mêmes habilitations, et également plus de pilotage « dans la dentelle ».


Une illustration, la mutualisation du traitement de l’Allocation Journalière du Proche Aidant (AJPA), c’est près de 30 Cafs qui attendent un service mutualisé de qualité à tous les niveaux au-delà de dossiers à traiter…


Nous nous arrêterons là tant la liste serait longue afin de n’oublier personne des différents services, Action Sociale, Agence Comptable, Logistique, …


Nous ne demandons pas la solution miracle et immédiate, mais l’engagement d’une profonde réflexion en amont de la prochaine Convention d’Objectifs et de Gestion qui se profile.


Des réflexions sur :


  • les carences des Cafs suite au rendu de poste (quels services, quels corps de métier),

  • la définition même de services de production,

  • le pilotage, le management, et l’accompagnement des équipes, où en sommes-nous de nos capacités à faire bien et de la qualité des outils mis à disposition,

  • la séparation des pouvoirs qui s’est traduite en temps de crise en « guerre des services » assortie d’une supériorité hiérarchique coté ordonnateur,

  • les risques d’un réseau générateur de charges de travail « transparente »


Des réflexions à mener avec :

  • le réseau et en libérant la parole,

  • les Organisations Syndicales, composées de professionnels toujours sur le terrain ayant connu différentes branches de la Sécurité Sociale, différentes COG, différents services, et différents enjeux,


Et dans l’immédiat,

  • Être vigilant Mr Mazauric en tant que Directeur Général et Mr Hy en tant que Directeur Comptable et Financier à l’état de santé de vos équipes implantées sur le territoire.

  • Prendre les risques et décisions qui s’imposent aujourd’hui, et défendre votre branche,

  • Enfin à défaut d’une clause de revoyure à actionner, l’arrêt des rendus de poste. Pouvons-nous, peuvent-ils encore tenir longtemps en attendant des jours meilleurs et cela dans un enjeu de qualité de service public , et de qualité de vie au travail.

Réponses de Mr Mazauric

Mr Mazauric rappelle la chronologie des faits 2021 :

  • un pic de difficultés fin avril,

  • un courrier adressé le 11 mai à l’ensemble des agents de la branche marquant selon lui réponse aux remontées traduisant le sort des collègues, et une marque d’attention et de respect,

  • un mouvement de grève le 29 juin avec un taux de grévistes de 23,8% qui n’a pu le laisser indifférent sachant qu’en parallèle 60% des CA ont remonté des motions.

Les tutelles sont informées des difficultés par Vincent Mazauric et des leçons seront à tirer pour la prochaine COG. V Mazauric évoque une frustration mutuelle, un statu quo qui selon lui ne pourra durer.


La modernisation engagée devra selon le Directeur Général, se faire plus progressivement et prudemment, et de manière expérimentale en s’associant les services d’une CAF. Il souhaite également la simplification dans les assiettes ressources retenues, sujet à erreur des allocataires.


Vincent Mazauric revient sur la difficulté à faire coexister le système d’information actuel et une partie du nouveau système d’information. Il constate une situation « lente » d’amélioration.


Il confirme des tensions sur la relation de service avec de forts flux courriels traduisant des habitudes allocataires issues de la période Covid et désormais « ancrées » (220 000 mails en stock).


Le constat est identique concernant les flux d’appels téléphoniques qui augmentent. Selon V Mazauric les équipes PFS sont désormais mal calibrées.

Service National Lutte contre la fraude à enjeux


Une nouvelle orientation de la lutte contre les fraudes, la lutte contre la fraude organisée. Une fraude plus complexe, aux préjudices plus élevés, commise en bande organisée.


Le service national mis en place est piloté par la Cnaf et adossé à 5 Caf (Gironde, Nord, Bas Rhin, Seine et Marne, Var), 30 contrôleurs recrutés avec prises de fonction progressives depuis mai 2021.

QUESTIONS CFTC


Quelle est la position de la Cnaf relative au traitement des dénonciations anonymes ?


Pour Vincent Mazauric, une dénonciation anonyme ne doit pas être traitée exception faite de mauvais traitement à enfant ou risque mise en danger de la vie d’autrui signalés.

Pouvons nous être renseignés sur CALP (Connexion à la Personne) ?


Concernant les modalités de connexion au Caf.fr (connexion non individualisée sans authentification forte), la branche Famille doit évoluer vers plus de sécurisation.


A compter du 8 octobre prochain, un identifiant personnel (numéro de sécurité sociale) et un mot de passe alphanumérique personnel sera nécessaire.Chaque membre d’une même famille (de plus de 15 ans) disposera d’un compte personnel pour la consultation et la gestion du dossier Caf.


La CFTC est surprise de la non-simultanéité de cette évolution au regard des différents canaux utilisés par les allocataires, le numéro allocataire perdurera encore plusieurs mois pour la connexion au Serveur Vocal Interactif des Cafs et pour la connexion via des applications mobiles. La Cnaf reconnait ce double timing non évoqué lors de la présentation officielle en INC.

La CFTC n’a entendu aucune réponse concrète sur les difficultés actuelles. La CFTC constate qu’une forme de médiocratie guide la gouvernance, où la moyenne devient une norme et le travail de chacun une prestation moyenne désincarnée.

Des outils moyens, des services moyens, des résultats moyens et une qualité moyenne semblent désormais satisfaire l’expert et le politique …

Représentants CFTC : Frédéric Belouze, Pierre Pineau, Hélène Beauregard


Téléchargez le compte-rendu CFTC

20210921_CR_CFTC_INC_FAMILLE
.pdf
Download PDF • 263KB